Étape 1 : traductions d’un texte de Roland Barthes

Le point de départ de cette recherche était un texte de Roland Barthes tiré de son recueil Le Bruissement de la Langue 

« Si j’avais à imaginer un nouveau Robinson, je ne le placerais pas dans une île déserte, mais dans une ville de douze millions d’habitants, dont il ne saurait déchiffrer ni la parole ni l’écriture »

 

De cette phrase, par jeu de traduction, je suis arrivé à ce qui est, par la suite, devenu le nom de ce projet de recherche : A monk who is not island. J’ai d’abord procédé à un premier sens de traduction (français > anglais > coréen) avant d’utiliser le logiciel en sens inverse .

Cette première étape est le point de départ de ce projet de recherche. J’y ai testé différents jeux de découpes/collages de texte, réécritures manuelle, orientation de l’appareil photo, afin de faire boguer le logiciel lors de la traduction de la phrase de Roland Barthes.
Les mots (souvent dénués de sens) apparaissent à l’horizontale mais aussi à la verticale. Certains d’entre eux se déplacent jusqu’au bord de l’image, hors du texte initial. Lorsque le logiciel traduit une longue suite de caractère coréens en un mot composé de peu de caractères latins, la taille de la typographie varie jusqu’à se serrer dans un espace trop exigu pour elle.

 



 

Jeux de traductions à même l’écran et non seulement en vidéo (sélections de zones à traduire de façon aléatoire)
D’un tracé de doigt, sélection en un mouvement spontané d’une zone à traduire. Le logiciel tente d’y retrouver des phrases en associant les différents caractères.

previous arrow
next arrow
Slider